Voir également la page "Bulletin-Nouvelles" précédente passée en archives

////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Article d'Indépendance des Chercheurs :

Frédéric Mistral : bientôt le centenaire (I)

L'année prochaine sera le centenaire du début d'une épouvantable boucherie résultant des rivalités entre puissances coloniales. Mais aussi, celui d'un grand poète [...] Mistral défendit avec une grande avance sur son temps le droit des peuples à l'usage de leur langue maternelle. Le 30 octobre 2013, Categorynet rapporte « EURid et l’Unesco présentent leur rapport mondial sur le déploiement des noms de domaine internationalisés », faisant état de cette déclaration du sous-directeur général de l'UNESCO Janis Karklins : « Chaque homme et chaque femme doit pouvoir parler et écrire dans sa langue maternelle ». Tel fut, précisément, le combat de Frédéric Mistral.
Suite

/////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

L'amiral Debray, ancien président de l’Institut Charles de Gaulle, a signé, considérant que la langue de la République française est le français, et qu’il ne revient pas à une instance non française, à savoir la commission européenne, d’édicter des dispositions contraires.

 Michel DEBRAY

////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////


Bulletin
de rentrée 2013 du COURRIEL

Au sommaire de ce bulletin de rentrée, alors que l'été nous quitte insensiblement :

  1. Rendez-vous à Nice les 13, 14, 15 et 16 septembre (cette fin de semaine !) pour 4 jours d'un grand colloque sur la place de la langue française dans notre société, organisé par le Comité pour une Nouvelle Résistance -CNR.

  1. Rendez-vous traditionnel sur Paris à la Fête de l'Huma ce dimanche 15 septembre.

  1. Le bilan de la Consultation 2013, et notamment le résultat du vote.

  1. Un article d'actualité de Georges Gastaud. 



//////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

"Il est vrai que pour disserter sur l'emploi de la force par l'Europe, quelle autre langue pourrait mieux convenir que celle du Pentagone ?" nous écrit Pierre Lévy de BRN !

::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::




La saison des pluies ou le trèfle à quatre feuilles

Claude Gaucherand , Françoise Ridou

La saison des pluies ou le trèfle à quatre feuilles


Les lecteurs apprécieront comme moi l’écriture empreinte de subtilité et de sincérité d’un ancien officier républicain de la Royale, amoureux

de son pays, de sa langue et de toutes les terres francophones.

G. Gastaud


........................................................................................................................

  

Le Monde Anglo-Saxon du XXI° siècle: retour au féodalisme (remis à jour le 5 oct 2012)

http://www.europe2020.org/spip.php?article727&lang=en


!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Témoignage : 5 jours au Forum mondial de la langue française à Québec

Joël, étudiant de Brisbane, a été sélectionné pour participer au Forum mondial de la langue française aux côtés de nombreux autres jeunes francophones du monde entier. A son retour, il nous fait partager son expérience :



/////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////


Un article-lettre assez important sur ce mois de juillet au Québec

..............................................................................................................................

Le 10 mai 2012, Albert SALON publie

Une volonté française

Présentation

Le fait français paraît aujourd’hui submergé par le mondialisme et l’expansion
de l’anglo-saxon. Mais les Français, les Québécois, les Wallons… – tous les
francophones et les francophiles – continuent à oeuvrer pour le réveil et l'épanouissement
de la Francophonie dans le monde. Albert Salon
analyse les multiples défis – politique, culturel, économique, social, éducatif –
auxquels elle doit faire face.
À partir de cent mots-clefs – “Afrique, Allemagne, Belgique, Chrétiens, Empires,
République, Universalisme, en passant par Europe, France, Histoire, Immigration,
Laïcité, Mondialisation, Nation…” –, l’auteur présente un projet, fort et cohérent,
de réforme intellectuelle et morale.
Avec pour fil d’Ariane la langue française, ce livre veut montrer la voie
du renouveau.

§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§


Le Français en partage rappelle les

8 propositions pour la langue française présentées par l'association COURRIEL


........................................................................................................................................................................................................................................................

Radio Campus Lille  www.campuslille.com  

animée par René LAVERGNE, l’homme de radio qui a invité le COURRIEL sur Radio-Campus

radio accessible de Chine (l'écoute des émissions en direct sont néanmoins variables selon le débit) 

anime 3 magazines :

Ondes de Chine
Lille 1 infos
Quoi de Neuf ?
Beaucoup d'informations destinées aux échanges et à l'apprentissage de la lange sont accessibles sur la page
ces pages sont consultables de Chine

 

!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

AE) MÉDIATEUR: la politique linguistique « restrictive » de la Commission épinglée


Bruxelles, 01/12/2011 (Agence Europe) - Le Médiateur européen, P. Nikiforos Diamandouros, a demandé jeudi 1er décembre à la Commission européenne de publier les documents de ses consultations publiques dans les 23 langues officielles de l'UE ou de produire des traductions à la demande. Le Médiateur a conclu que les citoyens européens ne sont pas en mesure de participer au processus décisionnel de l'Union européenne si les documents de consultation publique ne sont pas disponibles dans toutes les langues officielles. Il a demandé à la Commission d'élaborer des lignes directives claires en ce qui concerne sa politique linguistique pour les procédures de consultation publique.

En octobre 2010, un avocat espagnol a adressé une plainte au Médiateur, au motif que la consultation publique sur la fiscalité du secteur financier n'avait été publiée qu'en anglais, en français et en allemand. Il a également mentionné d'autres exemples de consultations qui n'ont été publiées qu'en anglais (partenariat pour aider les PME, réduction de l'utilisation des sacs en plastique, libre circulation des travailleurs). Le plaignant a soutenu que la politique linguistique de la Commission était arbitraire et contraire aux principes d'ouverture, de bonne administration et de non-discrimination.

La Commission a reconnu que la barrière de la langue peut constituer un obstacle à la participation des citoyens à ses consultations publiques. Cependant, elle a soutenu que le principe du multilinguisme pour les consultations dépend de contraintes de temps et des ressources disponibles. Selon la Commission, sa communication de 2002 concernant les consultations publiques ne l'oblige pas à publier des documents de consultation dans toutes les langues officielles de l'UE.

Le Médiateur n'est pas de cet avis et partage le point de vue du plaignant. Le multilinguisme est essentiel pour que les citoyens puissent exercer leur droit à participer à la vie démocratique de l'UE, droit qui leur est garanti par le Traité de Lisbonne, fait valoir le Médiateur. Il en conclut que la politique linguistique « restrictive » de la Commission constitue une mauvaise administration et appelle l'institution à publier ses documents de consultation publique dans les 23 langues officielles de l'UE. La Commission doit soumettre son avis circonstancié au sujet de la recommandation du Médiateur avant le 29 février 2012. (LC)

......................................................................................

Notre ami ALEKS K nous adresse l'excellent article suivant :

C'est le film "The Artists" qui représentera la France aux Golden Globes, pour lesquels il a reçu 6 nominations.
Les Golden Globes étant considérés comme l'antichambre des Oscar, les médias
français font déjà cocorico.

Victoire pour le cinéma français ? Faut-il s'en réjouir ?

C'est un film muet, mais dont l'histoire se déroule aux EUA, dans les années 20 et 30,
aux débuts du cinéma parlant. Les messages écrits dans le film le sont donc en anglais (!!!), sous-titrés en français, lors de la diffusion en France. Et à la fin du film, quand le personnage de Jean Dujardin joue dans une comédie musicale parlante, il prononce quelques mots ... en anglais.

Un hommage au cinéma muet ... étatsunien :

Ce film est en réalité le symbole d'une tendance triste d'une partie du cinéma français qui,
prétendument pour gagner des parts de marché à l'international, et certainement pour cause d'auto-colonisation au modèle culturel anglo-étatsunien, a choisi la langue de Coca Cola.

Quelques exemples très frais.

- Les 3 mousquetaires 3D : coproduction européenne (France et quelques autres pays)
- The Artist, donc
- The Lady, produit par EuropaCorp * et réalisé par Luc Besson en personne

* qui est "coupable" d'autres films français produits en anglais :
Le Transporteur 1, 2 et 3, Taken, Colombiana, Arthur et les Minimoys, From Paris with love, Danny the Dog

... la télé aussi !

On a pu lire il y a quelques semaines que TF1 avait commandé à cette société
de production des séries tournées en anglais !!
http://www.excessif.com/serie-tv/actu-series/news/tf1-et-europacorp-s-associent-pour-produire-des-series-en-anglais-6681662-760.html
Reste à savoir si un tournage en anglais suffit à garantir un succès international.

On pourrait aussi mentionner des séries produites par Canal Plus
tournées en anglais, comme XIII, Borgia.
" Déjà vendue dans 40 pays du monde, Borgia n'a pas trouvé de chaîne aux États-Unis. "

AK

:::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::

Un ami de la langue française nous écrit :

Voici la copie de lettre envoyée à Serge Dassault

Jean-Claude THUMERELLE 30/10/11 13 Nouallet 23250 SARDENT

Monsieur le Député,

 Au cours de la séance du 13 octobre à l’Assemblée Nationale vous êtes intervenu et avez déclaré : « il faudrait que les enfants apprennent l’anglais dès l’école maternelle . .. » ceci afin de « former et mobiliser la jeunesse à l’international ».

Certes la maîtrise des langues étrangères est un atout indéniable dans les contacts avec l’étranger. Mais pourquoi favoriser comme vous le faites le tout-anglais ? L’apprentissage d’une seule langue étrangère, l’anglais en l’occurrence ne fera qu’accroître davantage la prédominance économique et culturelle des pays dont c’est la langue maternelle, c'est-à-dire en premier lieu les Etats-Unis !

Notre langue française comme de nombreuses autres langues dans le monde est sérieusement menacée par l’hégémonie de l’anglais . Vouloir renforcer cela en enfermant les enfants dès la maternelle dans le tout-anglais c’est œuvrer à la marginalisation de notre culture et de notre identité. La diversité linguistique est une richesse de l’humanité qu’il convient de préserver du rouleau compresseur anglo-américain.

Par ailleurs considérer si l’on en croit vos propos que le déficit du commerce extérieur a pour cause le manque de maîtrise de l’anglais relève d’une vision pour le moins simpliste.

 L’incapacité, jusqu’à ce jour, de la Société Dassault à commercialiser ses avions Rafale à l’étranger peut-elle ainsi être imputée à ce manque de maîtrise de l’anglais , vos cadres commerciaux n’ayant pas eu la chance de baigner dès le biberon dans la pratique de l’anglais. …

Veuillez agréer l’expression de ma considération distinguée.

Jean-Claude THUMERELLE      Professeur de Lettres

OOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOO

Une journée d'étude "Citoyenneté et éducation" a eu lieu ce samedi 14 mai 2011 à Toulouse (au lycée Fermat). Une occasion de faire le point sur la crise que vit l'Education nationale et sur les alternatives. J'ai eu l'opportunité d'y défendre l'enseignement du français comme discipline fondamentale au carrefour des apprentissages. Ci-après une contribution collective, publiée à l'occasion du contre G8 de l'éducation et de la recherche (Dijon, 5-7 mai). A l'opposé de l'économie de la connaissance qui "marchandise" savoirs et disciplines, il est proposé entre autres de créer un Institut interdisciplinaire de la Francophonie.

Martine BOUDET, Professeure agrégée de Lettres modernes, Docteure en littérature française, SGEN Midi-Pyrénées

Lire le texte http://www.demosphere.eu/node/22818#comment-2585

OOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOO

Manao, un sympathique correspondant défenseur de la langue française mise à mal en Asie du Sud-Est, nous adresse cet intéressant article très illustré.

Le Français, c'est chic !

/////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Claude Karnouh nous fait parvenir l'excellente analyse ci-après :Le problème n'est pas de ne pas préparer les petits français à être polyglottes, c'est bien de le faire, car enseignant à l'étranger je vois bien combien les intellectuels français sont mauvais en langues vivantes étrangères sauf exceptions rarissimes... Le problème c'est que pour parler correctement une langue étrangère il faut impérativement bien connaître sa langue maternelle, et, comme le dit Georges Gastaud et Nicolas Plagne, c'est la démolition de l'enseignement, celui de notre langue, lexique et grammaire, et celui de sa bonne littérature qui sont entrepris sciemment pour fabriquer des génération de consommateurs et de presse-boutons d'ordinateurs (à ce propos je me rappelle que j'avais morigéné le professeur de français de ma fille cadette qui lui enseignait comme littérature en seconde, "le sac de billes" de Joffo et non quelques classiques nécessaires à la maîtrise de haut niveau de notre langue, ce professeur – je me refuse à féminiser les noms de fonction qui ne le sont point par tradition, donc pas de professeure, de "la juge", la "ministre" sinon il faudrait dire non pas le Garde des sceaux, mais la gardiennes des sottes! – ce professeur donc m'a répondu agressivement que j'étais antidémocratique, quasi fasciste!!! je lui ai répondu que c'est la manière dont elle enseigne qui, de fait, revient à un enseignement dévalorisé, car les enfants des riches soit vont dans des écoles privées où l'enseignement classique se poursuit sans problème de démocratie ou non, soit trouvent dans la bibliothèque de leurs parents de quoi compléter ce qui ne s'enseigne pas à l'école...). Le modèle est maintenant répandu, grâce à l'UE et pour l'enseignement supérieur grâce à Bologne dans tous les pays ex-communistes... Vous pouvez donc imaginer, l'anticommunisme de bazar ambiant aidant, la catastrophe culturelle qui se présente...  aussi suis-je obligé de menacer mes étudiants de mauvaises notes s'ils citent les Glucksman, BHL, Onfray ou d'autres semblables, leur affirmant que j'accepte des philosophes ou des anthropologues dont je partage pas les vues ou une partie des interprétations à une seule condition, d'avoir affaire à des gens sérieux et non à des histrions du cirque médiatique...
Bien cordialement à vous camarade...

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Le Canard républicain nous communique un lien intéressant en rapport avec l'article de Gaston PELLET dans le Diplo de décembre (voir en page d'accueil)

@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@

Lire sur le site "Mémoire des luttes" l'article de Bernard CASSEN

Brevet européen :  la bataille des langues

..............................

Sur le site "Le Grand Soir"

L'aliénation linguistique

par Bernard GENSANE

OOOOOO

La chaîne des supplices 

 Nos amis de l'AFRAV interpellent

CARREFOUR

Lettre au journal "Le Positif" de CARREFOUR France

Madame,

Dans le POSITIF du mois d’octobre, à la page 19, j’ai pu lire que vous étiez la responsable du service du Développement durable de la « Supply chain » de Carrefour-France et que vous aviez l’intention de mettre en exergue la lutte contre la pollution dans ce secteur.

Une question m’est venue alors à l’esprit : Lire la suite

OOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOO

Une correspondance d'Alain GRIESMAR (vendredi 12 novembre 2010) :

*QUO NON DESCENDAM ...
*
*In corruptionem putrefactionis (Psaume 29).*

Il est inexact de dire qu'actuellement le brevet européen doit être rédigé dans les trois langues officielles (anglais, allemand, français) de l'Office Européen des Brevets, sis à Munich. En réalité, le Protocole de Londres stipule que la langue de rédaction doit être l'anglais OU le français OU l'allemand. Et par ailleurs, comme par hasard, tout est fait pour qu'à l'arrivée, on ait anglais OU anglais OU anglais ... Sauf que les Allemands tirent leur épingle du jeu, parce que, par tradition, ils déposent beaucoup de brevets, et parce que, le siège de l'OEB étant à Munich, leurs cabinets de Conseils en Propriété industrielle sont favorisés. Maintenant, la petite clique de hauts fonctionnaires forcenés du Ministère de l'Industrie (la "fine équipe"), agissant par technocratie méprisante et débridée, a négligé les facteurs géopolitiques. D'abord, elle a décrété que la défense du français n'avait aucun intérêt. Et c'est ainsi qu'on a entendu, par exemple, un Alain Pompidou se répandre en proférant "France favors ..." ... quoi ? La capitulation permanente ? ... Ensuite, en favorisant un trilinguisme de façade (anglais, allemand, français), qui aboutit en fait à l'unilinguisme anglais, elle a profondément offensé nos partenaires italiens et espagnols, alliés objectifs indispensables au maintien d'un plurilinguisme sur le continent européen. Pourtant, depuis longtemps, les Italiens et les Espagnols avaient prévenus : si la France (mais qui donc est "la France", dans ce contexte ? ... nous arrivons à des sommets de non-représentativité ...) les lâche dans le front commun latin, ils recommanderaient l'unilinguisme anglais officiel. Nous en sommes là. Mais les responsabilités sont claires. Elles sont celles de la clique qui joue le jeu de l'Empire. "Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l'insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs". Déclaration des droits de l'homme et du citoyen de 1793, article 35.

 D.G.

.........................................................................................

 Jean-Noël BENOIT nous fait part d'une correspondance adressée à France Culture.

Bonjour,

Ecoutant votre émission de ce vendredi matin, je m'interroge depuis 10 minutes sur ce à quoi peut bien renvoyer l'expression "Le Caire" dont vous usez constamment, jusqu'à ce que je m'aperçoive qu'il s'agit bien de l'intrusion de l'anglo-saxon "care" dans votre émission de langue française. Par delà cette anecdote, permettez-moi de m'étonner de cette complaisance à l'égard du sabir contemporain, qui postule a priori l'incapacité du français à répondre aux exigences de la pensée, et ce au nom du sérieux, qui ne peut-être que technologique et anglo-saxon, et sous-entend par ailleurs que n'importe quoi peut être pensé indifféremment dans n'importe quelle langue. Celui qui vous envoie cette observation a vécu 10 ans à l'étranger, et émet le souhait qu'on prenne conscience de cette disqualification du français par les Français, trop soumis en ce domaine à une doxa de nature probablement économique, qui oppose l'ouverture sur l'étranger à la pratique de notre langue.

Avec mes salutations.

M. JN BENOIT

...........................................................................................................................

Envoi de François ASSELINEAU


          MARSEILLE, 12 avr 2010 (AFP) - La ville de Marseille a décidé
> de se doter d'une marque baptisée "Marseille on the move" pour
> valoriser son attrait touristique national et international, a déclaré
> Dominique Vlasto, adjointe au tourisme, lors d'une conférence de presse.
        "Nous sommes des élus mais nous sommes avant tout des
> commerciaux, nous allons vendre un produit magnifique et aujourd'hui,
> pour nous identifier, pour identifier Marseille à l'étranger, nous
> avons le droit et le devoir de créer cette marque qui sera attribuée
> par un jury (...) à celles et ceux qui travaillent à l'étranger ou
> avec l'étranger dans le domaine du tourisme", a expliqué Mme Vlasto.
        "Cette accroche, ce logo, nous allons l'attribuer à ceux qui
> font la promotion de Marseille à l'étranger", a ajouté Maxime Tissot,
> directeur de l'office du tourisme de la ville.

        Marseille entend développer son attrait touristique, en plein
> développement depuis plusieurs années.
>       A titre d'exemple, la ville a attiré 640.000 croisiéristes en
> 2009 (contre 19.000 en 1995).
        Le directeur du Sofitel Vieux Port, seul hôtel cinq étoiles
> de la cité phocéenne, Loïc Fauchille, a par ailleurs rappelé que cet
> hôtel était au bord de la fermeture en 1986 perdant jusqu'à 20
> millions de francs par an.
        "Aujourd'hui, c'est l'un des produits phares de Sofitel",
> a-t-il précisé.

     Marseille se veut aussi, de plus en plus, une destination
> pour les congrès et salons. La ville en a accueilli 346 en 2009.

Commentaire de Georges Gastaud

Je crois qu'il faut systématiquement protester contre la casse de notre langue par ces mercantis déguisés en élus de la République. Les "rapaonis" (indigènes de l'Ile-de-Pâques) ont donné un tout autre exemple de dignité en refusant le pactole que leur offrait Louis Vuitton (autre angliciseur forcené!) pour obtenir le transfert à Paris, à des fins touristico-publicitaires, d'un "Moaï": ils ont répondu que la mémoire de leurs ancêtres n'était pas à vendre. Et ces gens sont parmi les plus pauvres et marginalisés du monde.

OOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOO

Jean-Jacques DUMONT écrit à COURRIEL au sujet des chansons diffusées en France

*Ringardise et concentration culturelle; pistes pour en sortir dans un > monde multipolaire
>
>
>
> La plupart des chansons diffusées sur les radios, TV, festivals, en
> France et chez nos voisins européens, rentrent très largement dans
> deux catégories:
>
> 1) chansons dans la langue du pays,
>
> 2) chansons en anglais.
>
> Ainsi, les programmateurs considèrent qu'à côté des chansons dans leur
> langue, aucune chanson ne vaut d'être programmée si elle n'est chantée
> en anglais. La culture musicale commune des européens devient donc
> anglo-américaine. Passez par exemple la frontière espagnole et vous
> n'entendrez sur les radios locales que des chansons en espagnol et en
> anglais. Faites quelques km pour revenir en France et vous n'entendrez
> que des chansons en français et en anglais. Allez en Italie ou
> Allemagne, le constat sera le même.
>
> Les programmateurs de chansons conditionnent de cette façon les
> oreilles des auditeurs pour leur faire considérer la culture
> anglo-saxonne comme seule digne d'intérêt en matière de chansons.
>
> Cette situation va jusqu'à mettre en péril les langues nationales pour
> la chanson , comme on peut le voir dans le cadre de cérémonies
> musicales, soit disant "européennes", où toutes les  langues se voient
> négliger au profit l'anglais. Dans ce contexte délétère, de jeunes
> chanteurs français choissent l'anglais pour leurs textes, pensant
> jouer sur les deux tableaux (public français et mondial), alors qu'en
> oubliant les atouts et la personnalité de leur langue, ils ne
> produisent que de pâles copies de leur idoles anglo-saxons, frustrant
> le public français, en même temps que se privant d'un succès durable.
>
>
>
> Cette dominance extrême des chansons en anglais prive le public
> français des meilleures chansons mondiales non anglophones. Car enfin,
> les chansons en anglais sont certes agréables, mais elles ne sont pas
> les seules!
>
> N'est ce pas de la xénophobie culturelle que de négliger dans les
> programmations radio et TV les chansons Italiennes, Espagnoles,
> Portugaises, Allemandes, Grecques, Kabyles, Turques, Brésiliennes,
> Africaines, Indiennes, etc ? (liste bien sûr ni exhaustive, ni ordonnée).
>
>
> L'explication de cet état de fait est multiple:
>
> -           La programmation musicale est effectuée par un microcosme
> médiatique, pour qui l'universel ne se conjugue qu'en anglais et pour
> qui le simple fait de reconnaître les paroles anglaises des chansons
> leur suffit à justifier leur choix, sans considérer le fait qu'une
> majorité des auditeurs ne comprend que partiellement (ou pas du tout)
> les paroles anglaises. On a donc clairement un réflexe de caste, entre
> ceux qui comprennent la langue en détail et les autres, c'est-à-dire
> la majorité du public.
>
> -           L'effet d'entraînement et d'autocensure au sein de ce
> microcosme médiatique "bobo" qui considère "ringard" tout choix hors
> des chansons en anglais.
>
> -           L'intérêt financier des grandes compagnies musicales,
> selon le principe que les chansons en anglais seraient, soit disant,
> les seules à être exportables et rentables; argument qui ne tient pas
> la route quand on considère, par exemple, le monde hispanique comptant
> 400 millions de locuteurs, mais dont les produits musicaux sont
> largement inconnus en dehors du cercle des pays ou régions de langue
> espagnole.
>
> -           Une volonté de certains d'abraser les identités
> culturelles nationales pour mieux imposer une culture mondialiste
> basique favorisant l'acceptation du néo-libéralisme mondialiste.
>
> -           …
>
>
>
> Au delà des actions défensives indispensables, il convient d'ébaucher
> des positionnement plus offensifs dont l'objectif serait la correction
> progressive de cette situation.
>
> A cette fin, il conviendrait d'expliquer que la "ringardise" est au
> contraire dans le camp de ces "rétrécisseurs de cultures" qui
> considèrent la culture anglophone comme seule vraiment digne d'intérêt
> et qui vont jusqu'à négliger leur propre langue dans le domaine de la
> chanson.
>
> La ringardise est bien de ce côté-là, sans nul doute!
>
> En même temps, une autre explication s'impose: celle qui consiste à
> montrer que le culturel est intimement lié au social et que si on
> s'attaque aux identités culturelles nationales, on s'attaque par
> contre coup aux identités sociales nationales. Si les unes déclinent,
> les autres aussi et vice versa. Avec l'aggravation de la crise
> systémique (et non passagère) du capitalisme mondialiste; l'existence
> de lien finira par transparaître aux populations.
>
> Actuellement, l'anglicisation touche principalement la chanson, les
> médias (anglicismes et propension à se tourner en priorité vers tout
> ce qui vient du monde anglo-saxon) et les cadres dans les grandes
> entreprises.  Une minorité de la population profite de sa compétence
> en anglais pour monter ou se maintenir dans une couche sociale plus
> élevée.
> Lorsque l'exigence de l'anglais au travail touchera davantage de
> personnes, en même temps que son matraquage dans les médias se
> poursuivra, lorsque l'imposition de cette langue apparaîtra à 80 % de
> la population comme un outil de servitude accentuant les inégalités,
> forçant l'exclusion sociale, en même temps qu'abrasant les identités
> nationales, il est plausible qu'un lien se fasse dans les esprits
> entre le néo-libéralisme mondialiste et sa langue vectrice et que des
> réactions de plus en plus nombreuses se fassent entendre.
>
> Aux défenseurs de la langue française et de toutes les autres langues
> et cultures de fourbir leurs arguments et de mettre en place des
> actions pouvant se situer sur plusieurs registres:
>
> -           Défense et promotion de la langue française, en France et
> à l'étranger.
>
> -           Explication de quel côté se trouvent la "ringardise" (du
> côté de ceux qui portent des œillères culturelles) et non de ceux qui
> défendent leur langue en s'ouvrant sur toutes les autres.
>
> -           Respect des langues des peuples d'Europe et du monde.
>
> -           Pour des coopérations (scientifiques, culturelles,
> industrielles, …) regroupant un petit nombre de pays, promotion
> d'autres langues de travail suivant les contextes; par exemple en
> bilatéral: apprentissage de la langue de l'autre.
>
> -           Pour des coopérations regroupant d'avantage de pays (au
> plan européen et mondial), mise en place de mécanismes pour que
> s'affirme au moins une autre langue de travail que l'anglais,
> aboutissant ainsi à un "dualisme linguistique" pour ces coopérations
> (puisque l'anglais restera très important). Cette dualité, en
> réduisant  le "monopole", favoriserait le multilinguisme. Pour
> l'écrit, ces mécanismes pourraient s'appuyer sur les outils Internet,
> par sélection "auto-convergeante" de la langue de travail alternative.
> A ce propos, pour le cas des publications scientifiques, un article
> ("Les langues du continent européen pour la science") existe sur le
> Forum  du site http://www.planetagora.org/
>
> -           Inscrire ces actions dans une géopolitique d'un monde qui
> devient multipolaire. Pour ce qui concerne la France, avoir aussi en
> tête l'axe "Paris-Berlin-Moscou" (qu'on a découvert lors de la
> contestation du déclenchement de la guerre d'Irak) et qui a déjà fait
> l'objet de différents ouvrages et sites Internet.
>
> *
>
> Jean-Jacques Dumont  -  Avril 2010

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

L'Union dont "l'espéranto" est l'anglais

Lire dans Libération : http://bruxelles.blogs.liberation.fr/coulisses/2010/03/lunion-dont-lesp%C3%A9ranto-est-langlais.html

OOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOO


..............................................................................

En Allemagne, le tribunal passe à l'english

Lire  : http://www.marianne2.fr/En-Allemagne,-le-tribunal-passe-a-l-english_a189611.html?com

et aussi :


Richard Descoings, génie des carpettes

Lire : http://www.marianne2.fr/Richard-Descoings,-genie-des-carpettes_a189591.html?com



OOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOO

Lire sur le blog du Monde :

http://www.lemonde.fr/livres/article/2010/02/25/le-francais-tel-qu-on-l-exalte_1311072_3260.html

.............................................................

Courrier reçu :

robert.jean a écrit le 2 janvier 2010:


> Bonjour,
>  Je voudrais apporter un témoignage anecdotique  sur l'anglomanie
> linguistique.
>  L'autre jour, j'ai reçu un dictaphone de la société "PEARL".
>  L'objet,  étant d'origine allemande, la notice explicative  était en
> allemand, ce qui me parait logique.
>  Ce qui l'est moins, à mon sens, c'est que pour les non
> -germanophones, dont je suis, elle était aussi en anglais. J'ai donc
> écrit à cette société, pour lui demander si l'anglais était désormais
> la langue nationale de notre pays,  et le français, un patois encore
> usité. On m'a donc dirigé sur un site où j'ai pu enregister une notice
> explicative en français.
>  Pourriez-vous me dire si la loi Toubon qui impose, si je ne trompe la
> traduction en français de produits d'origine étrangère, a été abolie?
>  J'ajoute  qu'il devient de plus en plus exaspérant d'entendre les
> présentateurs des differentes chaînes de télévision ne prononcer
> correctement que les noms d'origine anglo-saxonne Ecoutez un peu:
> Tout mot  qui _n'est pas d'origine anglo-saxonne_ est prononcé à la
> française. De la part de journalistres censés être informés ou
> s'informer, c'est pour le moins étonnant.

>              Amicalement

oooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooo

26 décembre 2009

Nos amis savoyards refusent le tout-anglais dans l'aéroport de Chambéry

http://ledauphine.com/index.jspz?article=240056

OOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOO

 

Point de vue

Langue française : état d'urgence, par un collectif d'associations

LEMONDE.FR | 07.12.09 | 16h46 • Mis à jour le 07.12.09 | 18h02

Les associations qui signent cet appel regroupent des démocrates de toutes sensibilités idéologiques. Unanimes, elles dressent un constat angoissant du sort politique fait à la langue française en France.
"Langue de la République" (art. II de la Constitution), le français est une condition du vivre-ensemble national et républicain, et, selon les sondages récents, il est pour 80 % de nos concitoyens un des principaux piliers de l'"identité nationale". Or, le français est aussi gravement menacé chez nous qu'au Québec, en Afrique francophone, en Wallonie ou en Suisse romande. Il l'est moins par l'air du temps que par une politique linguistique menée surtout par de grandes entreprises françaises avec l'appui de milieux politiques, certes européens et transatlantiques, mais d'abord hexagonaux. Après Michel Serres, observant qu'" il y a plus de mots anglais sur les murs de Paris qu'il n'y avait de mots allemands sous l'Occupation", le linguiste Claude Hagège classe le français parmi les langues menacées dans son Dictionnaire amoureux des langues.

L'heure est donc venue d'appeler tous les citoyens à la résistance linguistique.

Nos associations en appellent au peuple français et à tous les francophones du monde, à tous ceux qui savent ce que la liberté, l'égalité, la fraternité, mais aussi la littérature, la philosophie, le droit et les sciences doivent à la langue des Molière, Césaire, Verhaeren et Senghor.

Depuis longtemps, on n'en est plus aux seuls emprunts massifs à l'anglo-américain ; nombre de grandes entreprises s'emploient à basculer au tout-anglais une bonne part de leurs pratiques langagières : "Time to move !" est le titre du programme de mutations que France-Teuleucom impose à ses salariés, ajoutant l'humiliation linguistique à l'effrayante dégradation de leurs conditions de travail. C'est aussi la mode – le "mood" – chez AREVA… Dans la distribution, Carrefour, Auchan… basculent leurs produits et enseignes à l'anglais de bazar, imités par des services publics comme la SNCF, La Poste ou Air France… Loin du programme du Conseil national de la Résistance, la devise du Medef n'est-elle pas "ready for the future" ? Sommet du "dialogue social" : c'est en anglais que les ouvriers de Continental-Clairoix, réunis dans leur cour d'usine, ont appris leur licenciement collectif ! Les choses sont déjà si avancées, tels les fromages forts, que des syndicats de diverses obédiences, CGT, CFTC, UNSA, CGC…, ont dû monter au créneau pour " défendre le droit de travailler en français en France ".

Voyez aussi les travaux de la recherche scientifique française : des siècles après l'acte révolutionnaire de Descartes publiant en français le Discours de la méthode, ils ne sont souvent plus pensés et écrits par nos chercheurs qu'en anglo-américain, même pas toujours traduits en français. Passons sur la chanson, sur les pubs en anglais qui, aux heures de grande écoute, ciblent surtout les jeunes, les enfants… Que fait le CSA ?

On ne voit que trop qui sert cette politique d'anéantissement linguistique sous son emballage pseudo-moderne : elle sert cette "élite" et ces privilégiés qui, pas seulement à droite, n'hésitent pas à désintégrer leur langue maternelle pour mieux intégrer l'élite mondialisée et ressembler à leurs maîtres ! Les "gens de peu", pour leur part, sont voués à une discrimination linguistique plus forte que jamais. Quant à nos cadres moyens qui croient s'en tirer en ingurgitant le "Wall Street English" promu dans le métro parisien, le basculement au tout-anglais consacre leur aliénation dans un travail de plus en plus dévalorisé.

Face aux coups portés, le silence des autorités inquiète. Pis : des ministres approuvent ou annoncent diverses mesures de substitution de l'anglais au français, des petites classes jusqu'à l'enseignement supérieur. Ainsi la nouvelle antenne de Reims de Sciences-Po dispensera-t-elle tous ses cours en anglais. Ainsi Mme Valérie Pécresse semble-t-elle chercher à extraire l'Université du champ de la loi Toubon. Ainsi le chef de l'Etat annonce-t-il que des enseignements fondamentaux du second degré pourraient être dispensés "en langues étrangères" (traduisons : en anglais).

De cet arrachage linguistique, c'est peu dire que l'Union européenne, à laquelle ses textes fondateurs font pourtant obligation de défendre les langues nationales, fait peu de cas. Au nom du libéralisme économique, son exécutif s'emploie même à démanteler toute protection juridique des langues nationales, au point que c'est souvent de directives bruxelloises que se prévalent les décideurs français pour contourner la loi.

C'est pourquoi nous exigeons un grand débat national sur la place respective du français et des autres langues, pour que l'assassinat linguistique planifié ne puisse s'accomplir en silence et pour que le peuple souverain se saisisse de la défense de sa langue.

L'actuel gouvernement qui glose sur l'identité nationale va-t-il contribuer à enfermer le peuple français dans une langue unique imposée ? La défense de notre héritage linguistique implique une protection et une promotion actives de la langue française, de la diversité linguistique et de la francophonie, sur notre continent et dans le monde. Parlons ici seulement de ce qu'il faut pour revenir au bon sens : à l'école élémentaire ou au collège, asseoir d'abord un solide apprentissage des langues nationales en Europe, puis commencer celui de deux langues étrangères dont la première, selon la recommandation du professeur Hagège, serait autre que l'anglais ; réaffirmer le français comme langue de l'enseignement supérieur ; lui rendre droit de cité dans la recherche ; faire respecter par Bruxelles sa propre législation linguistique.

Notre appel s'adresse aussi aux espérantistes, aux amis des langues régionales, vite éradiquées si la langue commune était marginalisée, aux immigrés qui veulent continuer à parler notre langue sans oublier celle de leur pays d'origine, à nos compatriotes des DOM qui veulent parler français ET créole. Si une langue de portée mondiale comme la nôtre finissait par être supplantée sur sa terre natale, quelle autre langue, en Europe, pourrait résister au rouleau compresseur de l'anglo-américain ? Cet appel à la résistance et à la créativité linguistique de tous les francophones s'adresse aux citoyens et aux décideurs conscients de leurs responsabilités, aux salariés, étudiants, enseignants, entrepreneurs de base, qui font vivre le français en l'habitant au quotidien. Car, en marginalisant sa langue, c'est le peuple qu'en définitive on voudrait déloger de ses rêves.

Nous interpellons enfin avec gravité les écrivains, penseurs, traducteurs et autres créateurs de toute la francophonie, partout où notre langue est pratiquée et aimée : vous dont la langue constitue l'outil de travail et l'élément existentiel, entrez en résistance publique contre la langue unique ! Cinq siècles après Joachim du Bellay appelant à la "défense et l']illustration" du français, faisons vivre notre langue et défendons-la contre la logique barbare de l'argent roi.

Signataires :

Alliance Champlain,
Association francophonie avenir
(Afrav),
Association pour la sauvegarde et l'expansion de la langue française (Asselaf),
Avenir de la langue française (ALF),
Cercle littéraire des écrivains cheminots (CLEC),
COURRIEL http://www.courriel-languefrancaise.org/
Défense de la langue française Paris-Ile-de-France (DLF Paris-IDF),
Forum francophone international France (FFI France),
Le droit de comprendre (DDC),
Le français en partage,
Gerflint.

 


POUR UN REVEILLON DEVORANT

le COURRIEL

conseille :

Le cercle littéraire des écrivains cheminots publie une excellente revue intitulée "Le dévorant" (chacun appréciera le jeu de mots: les cheminots amateurs de lecture et d'écriture qui "dévorent" les livres rendent hommage aux anciens "monstres d'acier" à vapeur qui dévoraient les distances et les pelletées de charbon...).
Dans l'édito de Myriam
Hadoux, le CLEC prend fortement partie contre l'oppression linguistique que la classe capitaliste organise en basculant sciemment notre pays au "tout-anglais" et ajoute: "se défendre contre l'hégémonie culturelle, c'est défendre toutes les cultures du monde, condition essentielle à la survie de la nôtre". Pour se renseigner et éventuellement s'abonner, écrire à raymond.besson.clec@orange.fr ou à CLEC, 7/9 rue de Château-Landon, 75010 Paris.

Voir aussi le site du CLEC -Cercle Littéraire des Ecrivains Cheminots : http://clec.uaicf.asso.fr/clec.htm

OOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOO


A lire sur AGORAVOX http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/les-profs-de-langue-decouvrent-que-64599

par Krokodilo mardi 17 novembre 2009

Les profs de langue découvrent que l’anglais est imposé !

Et que les autres langues sont marginalisées, leurs enseignants bientôt obligés de se reconvertir dans une autre matière, devenant bicompétents comme d’autres sont bisexuels, à la recherche de leur identité scolaire, avec le vague sentiment d’avoir été floués.

En réponse au « plan d’urgence pour les langues » (on se demande où est l’urgence !), diverses associations de défense de la langue française ont publié un communiqué commun, intitulé
« Les associations de défense du français répondent à N. Sarkozy ... »

Il y est reconnu, du bout des lèvres que l’anglais est parfois ( !) imposé :

« En effet, faute d’une véritable politique en faveur de la diversification de l’enseignement des langues étrangères, ces mesures vont se traduire par une place toujours croissante de l’anglais dans l’enseignement au détriment des autres langues étrangères, cette langue étant majoritairement choisie par la plupart des élèves, voire imposée de fait.  » (c’est moi qui souligne)

Il ne leur a fallu que quatre ans... Trêve de mauvais esprit, l’ambigüité bien française (car c’est tout de même l’ex-langue de la diplomatie...) vient du fait qu’il y a réellement plusieurs langues à l’école primaire, mais jamais de choix !

Mais du moins la dérive du gouvernement et du ministère est-elle enfin reconnue pour ce qu’elle est : une politique volontariste en faveur de l’anglais, hypocrite et inavouée :

« Donc, par défaut, par lecture inverse, tout le monde aura compris que la fausse grande ambition pour les langues affichée par le Président de la République visait d’abord l’anglais. »

C’était évident depuis longtemps, et une anecdote rapportée l’an dernier par
Le Point (18/12/2008 N°1892 p.11
par Hervé Gattegno, Fabien Roland-Lévy) mérite toujours d’être connue :

"En anglais SVP !
Étonnement des éditeurs de quotidiens et magazines français présents à l’Élysée le 12 décembre, dans le cadre des états généraux de la presse. La trentaine de participants, réunis autour du conseiller Nicolas Princen, ont été surpris que les débats se tiennent en anglais alors que tout le monde était français à l’exception de Josh Cohen, dirigeant de Google News, venu de New York, et de Mats Carduner, patron de Google France."

Le ridicule ne tue pas encore et ne tuera jamais personne, heureusement ! Certains conseillers du Président se soucient visiblement peu de ses déclarations. »

Il ne s’agit pas d’anti-américanisme, mais d’un choix nécessaire entre diversité linguistique et tout-anglais, d’une réflexion sur la place du français dans l’Europe, et une réflexion la communication entre Européens, sur l’esprit européen.
 
— La traduction ne peut se concevoir pour chaque citoyen, elle serait possible (quoique structurellement difficile, coûteuse et complexe) au niveau administratif de l’UE, pour tous les documents et réunions, toutes les coopérations, à la condition expresse qu’on le veuille vraiment.

— Le plurilinguisme a prouvé qu’il conduisait au tout-anglais - tout simplement parce que c’est une vue de l’esprit : combien de nos dirigeants maîtrisent deux langues étrangères ? Et ils prétendent amener tous nos lycéens de terminale à des qualifications que peu d’universitaires possèdent ! C’est totalement absurde, démagogique et irrationnel. En outre, deux, si la première c’est l’anglais, ça veut dire à fond sur l’anglais et des bribes de la deuxième langue étrangère... Pourquoi apprendrais-je l’allemand (ou le français) si tout le monde parle anglais ? Voilà ce que chaque Européen se dira, avec raison.

— Restent donc pour l’UE l’anglais d’une part, financièrement, humainement et politiquement injuste, très difficile et phonétiquement irrationnel - et l’espéranto d’autre part, peu connu mais conçu pour la communication, infiniment plus simple, plus rapide à apprendre, donc démocratique, efficace, équitable car demandant un effort voisin à tous les Européens.

Il n’y a pas photo : si l’on raisonne en économiste ou en industriel, après étude de marché et tests comparatifs, c’est l’espéranto le plus adapté, le meilleur rapport résultat/investissements, et de loin.

Si l’on raisonne en termes militaires, la guerre des langues, c’est l’anglais qui l’emporte, de très, très loin.

Le choix de la force ou le choix de la raison...

Cette contestation de l’hégémonie de l’anglais n’est nullement de l’anti-américanisme
, ni un avis partagé uniquement par des espérantophones convaincus :

Hubert Vedrine,
dans un entretien avec le Nouvel obs cette semaine (5-11 novembre), parle de l’identité française, et nous encourage à ne pas céder à l’auto-dénigrement, au masochisme :
 "Il nous faut réapprendre à nous aimer, trouver enfin point d’équilibre sans une glorification anachronique du passé (Louis XIV, Napoléon, la patrie des droits de l’homme...) en refusant l’idée que nous ne serions plus qu’une puissance moyenne condamnée à raser les murs sans rage expiatoire."

Dommage qu’il ne parle pas une fois de la question de l’anglais dans l’UE, au sujet de laquelle il dit pourtant :
"Et je ne suis pas sûr que les Européens, malgré tous leurs atouts, aient l’énergie mentale pour constituer un des pôles de ce monde et cesser d’être une succursale du système américain."

Rappelons que par les accords Blum-Byrnes, en 1946, en échange de l’annulation de la dette et un nouvel emprunt, la France a accepté des quotas de films américains, ce qui a favorisé l’implantation de la culture américaine, et a grandement ouvert la voie à son hégémonie actuelle.
Non que je n’aime pas "Desperate housewives" ("Beautés désespérées"), "Stargate" ou autres séries (j’ai un faible pour la SF). Ils font du super-boulot, mais le fait est là : l’UE administrative est anglophone de fait, le français est en déclin, on organise des filères spéciales anglophones pour Erasmus mundus (autant d’étrangers qui ne viendront pas étudier en français) ; Sciences-PO vient de le rendre obligatoire, il est imposé à l’école primaire et souvent en 6e, faute de choix. Mon épicerie vent des « pocket bag » plutôt que des sacs de poche...

Les profs de langue et les associations signataires du communiqué demandent donc, à juste titre, une clarification entre le tout-anglais et la diversité linguistique, entre l’anglais imposé et le choix, mais sans aller jusqu’à imaginer la liberté totale de choisir sa ou ses langues étrangères, pourtant possible et relativement simple à l’heure des technologies de la communication.

Comme la nouvelle lubie du président est l’enseignement de matières scolaires dans une langue étrangère, idée saugrenue hélas partagée par certains profs de langue dans l’esprit du « toujours plus » (plus de postes, plus d’heures, plus de voyages linguistiques, moins d’élèves), ils demandent aussi le maintien de toutes les disciplines fondamentales en français.

On croit rêver ! Ils ont déjà accepté que l’histoire et le sport soient anglicisés, offerts en sacrifice au nouveau Moloch  ?

L’historie dérangerait-elle les dirigeants, parce qu’elle analyse l’impérialisme politique ou culturel ? Mais le sport, alors ? Ah oui : des lycéens trop en jambes risqueraient de manifester dans les rues de Paris dès le printemps !

Non : ce sont toutes les disciplines qui doivent être enseignées en français, et pas seulement les fondamentales !

Et quelle honte ! A quel renoncement en est-on arrivés qu’il faille supplier notre président pour que les matières scolaires importantes échappent à l’anglicisation ?! Demande-t-on que les ministères importants demeurent francophones ? Euh... mauvais exemple, la Défense et les Finances étant déjà plus que partiellement anglophones...

L’UE n’ose toujours pas affronter ouvertement la question de la tour de Babel, de la communication, ni en débattre au grand jour, expliquer aux Français que le prix à payer pour la construction européenne, c’est le déclin du français et la toute-puissance de l’anglais.
Cela dit, le débat commence petit à petit à poindre le bout de son nez :
dîner-débat le 17 novembre, sur le thème « Faut-il parler anglais pour être européen ? », avec la participation entre autres de Quatremer, journaliste de "Libération" spécialisé sur les questions européennes.

Mais à ce rythme-là, quand le débat aura atteint le Parlement européen, nos bébés liront déjà Shakespeare sur leur « netbook » ! 

OOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOo

Lire aussi sur AGORAVOX

L’identité nationale : le vrai problème c’est l’américanisation


par patrickk jeudi 26 novembre 2009 ; http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/l-identite-nationale-le-vrai-65640?debut_forums=0#forum2324985

OOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOO

Une correspondance de Paul VILLACH

Bonjour,
>
> Je signe évidemment votre pétition contre l'Anglophonisation de la
> France qu’on peut appeler aussi sa “sabirisation”.
>
> - *Pierre-Yves CHEREUL* (*Paul VILLACH*)
> - Leson.du.nenuphar.association@wanadoo.fr
> <mailto:Leson.du.nenuphar.association@wanadoo.fr>
> - Professeur retraité.
>
> Je suis moi-même auteur non d’un “jeu de lettres” mais d' “/un jeu de
> mots/”, "*LE SON DU NÉNUPHAR*", qui conduit les joueurs à jongler avec
> les SONS propres à la langue française pour y reconnaître tous les
> MOTS auxquels ils peuvent correspondre, les SENS figurés comptant
> comme autant de mots différents : “*Sous les SONS... les SENS*”, dit
> le slogan du jeu.
> Veuillez en trouver une présentation en pièces jointes.
>
> Cordialement,
> Pierre-Yves Chereul

Ecuvez-lui pour connaître son jeu

...............................................................................

Vers des états généraux de la langue française et de la Francophonie ?




Courrier d'un correspondant à France Musique et sa "réponse" laconique

message = Bonjour,
>
> Votre bulletin d''information de ce mardi matin souligne l''invasion du lexique anglo-saxon dans notre culture; il rappelle qu''à cet égard la loi Toubon est restée peu appliquée.
> La question de la langue française est celle même de notre identité dans un monde exclusivement marchand.
> Il y a certainement moyen pour que, du menu de votre site, disparaissent le mots: "playlist" et "podcasts" dont, du reste, je ne connais guère le sens (téléchargement pour le 2ème terme?) sans que vos auditeurs fidèles, dont je suis, y trouvent à redire, bien au contraire, dès lors que leurs équivalents de langue française les auront remplacés.
> J''envoie copie de mon courriel (je n''écris pas en effet de "mail") à l''ASSELAF, qui réfère son action à la loi Toubon, et vous prie d''agréer l''assurance de ma considération distinguée.
> M. JN BENOIT

Réponse de France Musique

Bonjour,
>
> Nous avons bien reçu votre courriel et l'avons fait suivre auprès de la rédaction commune de France Culture/France Musique ainsi qu'à la direction de notre chaîne.

Réponse à la réponse

Bonjour,

Je vous remercie de m'avoir ainsi tenu au courant et dois encore faire état de l'usage pour nous incompréhensible du mot "trèdeur" (sans doute l'anglais "trader"), là où raisonnablement nous étions en droit d'attendre le mot français "courtier", et ce dans le bulletin d'information de ce mercredi 5 août.
Salutations distinguées.

M. JN BENOIT


...........................................................

Des félicitations pour COURRIEL

Bravo à COURRIEL pour ce premier bulletin d'information roboratif et
> requinquant ! (Voir le site de COURRIEL)
> Enfin la cause de la langue française trouvera à gauche, du côté de
> ceux qui se donnent pour idéal de lutter contre l'aliénation et
> l'exploitation des plus faibles, un mouvement organisé pour la
> défendre et lui reconnaître toutes ses dimensions, celle d'être aussi
> la cause de la liberté, de l'enrichissement de la pensée, du respect
> d'autrui et de la diversité humaine, celle également de la justice
> sociale.
> Longue vie, bonnes luttes et nombreuses victoires à COURRIEL, c'est le
> meilleur que je puis lui souhaiter. Vos premiers pas sont plus
> qu'encourageants.
> Le combat est difficile, la pente à remonter très rude. Mais votre
> engagement met fin à un orphelinat et donne à l'avenir de notre langue
> de nouveaux espoirs.
> Vous pouvez comptez sur moi pour apporter le meilleur de ce que je
> suis encore capable de donner pour soutenir vos actions.
> Je passerai vous voir, bien sûr, à la fête de l'Huma.

> Thierry Priestley

OOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOO

Vive émotion dans le milieu enseignant après les déclarations de M. Descoings au mensuel Le Capital de juillet 2009


AVIS AUX ENSEIGNANTS ET AUX NON ENSEIGNANTS :
 
Grande inquiétude pour l'enseignement des langues vivantes, autres que l'anglais, dans nos établissements publics.
 
N'hésitez pas à faire circuler l'information autour de vous. Les parents d'élèves aussi doivent savoir ce qui se prépare contre leurs enfants ...
 
"Ne nous endormons pas, nous dit Lauro Capdevila, naguère IPR d'espagnol et toujours actif", dans sa lettre, ci-dessous.
 
Nous sommes tous concernés, enseignants, parents et citoyens. Si les choses se précisent, il faudra nous mobiliser rapidement contre ce mauvais coup !
 
Cordialement.
Annette Mateu Casado
 

----- Original Message -----
From:
Sent: Monday, July 06, 2009 9:58 AM
Subject: Fw : Suppression de toute autre langue vivante que l'anglais dans le système éducatif français

Bonjour à toutes, à tous,
L'urgence à transmettre ces informations -à diffuser largement autour
de vous, si vous pouvez-, m'oblige à faire un message global.
A plus tard, au t° ou sur la "toile".
Amicalement, Noëlle

--- En date de : Dim 5.7.09, Jeanne Bismuth <jeannebismuth@yahoo.fr> a écrit :

De: Jeanne Bismuth <jeannebismuth@yahoo.fr>
Objet: Suppression de toute autre langue vivante que l'anglais dans le système éducatif français
À: "jeanne bismuth" <jeannebismuth@yahoo.fr>
Date: Dimanche 5 Juillet 2009, 13h05




Ci-dessous le courrier adressé par M. Barrial, professeur d'allemand, à M. Descoings :
Monsieur, 
Je viens de lire avec le plus grand intérêt votre interview dans le mensuel "Capital" de juillet 2009 page 128 à propos de la réforme des lycées et des "lacunes pédagogiques à  combler en priorité"... 
Je dois reconnaître que votre clairvoyance n’a d’égale que votre courage. Quoi de plus innovant, en effet, que de proposer intelligemment la suppression de l’enseignement des langues vivantes autres que l’anglais, étant donné que certains élèves sont en situation d’échec. Le professeur d’allemand que je suis, aurait effectivement besoin de plus de cours de français, car je ne savais pas que « combler » était l’équivalent de « supprimer ». 
Ceci permettrait d’ailleurs de mettre enfin un terme à de multiples activités inutiles, comme les innombrables jumelages de villes entre la France et d’autres pays, le maintien d’écoles d’interprétariat et de traduction tout à fait inutiles pour de bonnes relations avec les pays étrangers et la transmission de leur culture, de leur littérature. Et que dire des investissements superflus de la Communauté Européenne dans des programmes d’échanges, tels Erasmus ou Sauzay et de l’activité de l’Université Franco-Allemande dans le domaine des doubles cursus ? Il semble hélas, que l’on ait omis de vous informer de l’existence de tout cela, car je ne lis nulle part que vous en demandiez la suppression, conséquence évidente de vos propositions pour le non-enseignement des langues au lycée. 
La rigoureuse et lumineuse logique du Directeur de la prestigieuse Ecole des Sciences Politiques que vous êtes me remplit d’admiration et me rassure à la fois. En effet, vos services vont certainement être en mesure de vous fournir le pourcentage de réussite à Sciences Po pour une classe d’âge de jeunes français et françaises et comme ce pourcentage sera certainement inférieur, vu la qualité et les exigences de votre établissement, à celui de la réussite des linguistes de nos Lycées, je suis sûr, étant donnée votre implacable logique, qui veut que l’on supprime les langues du fait du pourcentage trop faible de réussite dans ces disciplines, de lire prochainement dans la presse l’annonce de la dissolution de votre école. 
Et ce serait dommage, car vous considérant comme un des responsables de la formation de l’élite de notre nation, je n’aurai plus d’explication pour les échecs de notre commerce extérieur, la disparition quotidienne de centaines d’entreprises et un état d’esprit visant à la facilité, qui offre à  notre jeunesse des objectifs à  la mesure de la médiocrité de vos propositions. Enfin, c’est ce que je dirais, si j’avais pour les autres, le même mépris que vous. 
Le professeur d’allemand que je suis vous remercie de lui avoir enfin ouvert les yeux sur l’inutilité  de l’engagement de toute une vie au service de l’Education Nationale et de la diversité de l’offre linguistique en France, je vous souhaite une bonne reconversion dans une entreprise américaine, en admettant que vous réussissiez les tests de langue. 
Navré, je ne maîtrise pas suffisamment la langue anglaise pour trouver la formule de politesse adéquate.
Claude Barrial, Professeur d’allemand, Marseille
(Réponse adressée au secrétariat de M. Descoing : zina.osmani@sciences-po.fr )


2009/7/4 Christine Aguilar <Christine.Aguilar@wanadoo.fr>
Bonsoir  à  tous,

L’intention de  ce  transfert  d’information n’est  pas de   gâcher  vos vacances, loin de  là. Mais  il  y  a  de  quoi  s’inquiéter  si  ces  propos  de bistrot  de  la rue  saint-Guillaume se  transforment  en  mesures concrètes.  
Quelques   remarques:
  • si  la  politique  de l’espagnol   n’avait  pas  été  de  pousser  la  LV2   au  détriment de  la LV1, quasiment  inexistante,  et  rarement offerte  aux  élèves, pourtant demandeurs,   nous  aurions  moins  de  raisons de  craindre  l’avenir.  Nous  avons   été  délibérément assignés  à  la  LV2.  Voilà  le  résultat.
  • lorsqu’on confie des  missions  à  des  personnages  en vue  qui  en connaissent  rien au  système  éducatif,  rien au  collège  et aux  lycées, rien   à  l’enseignement des  langues  dans le second degré, mais  qui   sont  prodigues  en recommandations  démagogiques, on obtient  cela.
  • On pourrait  expliquer  à M. Descoings  que si l’on n’avait  pas  supprimé l’équivalent de  800  heures de  français, on n’aurait  pas le  besoin de  déshabiller Paul pour  habiller  Pierre.  http://www.sauv.net/horaires.php  Son diagnostic, aussi  bien  que  les remèdes  préconisés, sont  aberrants,  à mon sens.
  • je n’arrive  pas  à  lire  la lettre  du  collègue  d’allemand citée  dans le  message. Si  quelqu’un avait la gentillesse  de  la  transformer...

Sur  ces  réjouissantes  nouvelles, bonnes  vacances, tout  de  même.  

Christine Aguilar-Adan

------ Message transféré
De : Lauro Capdevila <
lauro.capdevila@gmail.com>

Objet : Suppression LV2

Chers collègues et amis,

Il n'est guère dans mes habitudes de diffuser des courriels en grand nombre, comme celui-ci. Mais les récentes préconisations de M. Richard Descoings, directeur de Sciences Po et chargé de mission sur la réforme du lycée, puis, à leur suite, les propos adressés à des lycéens par M. Nicolas Sarkozy, président de la République, m'amènent à vous alerter. Il s'agit très clairement de SUPPRIMER L'ENSEIGNEMENT OBLIGATOIRE DE DEUX LANGUES VIVANTES ETRANGERES DANS LE 2nd DEGRE (voir leurs déclarations ci-dessous).

Le prétexte démagogique est de ne pas surcharger des élèves déjà en difficulté. On notera d'ailleurs le mépris à l'égard du plus grand nombre qui perce dans la concession : "Gardons la possibilité d'étudier une seconde langue vivante pour ceux qui y parviennent".

Je n'épiloguerai pas sur les lacunes de notre système éducatif, à commencer par celles de son pilotage, car ce serait tomber dans le panneau qui nous est tendu. Un rôle nous est même déjà assigné : porter des banderoles à caractère corporatif et égoïste.

Il faut au contraire insister sur ce que signifierait dans un monde ouvert et dans notre Europe plurilingue et multiculturelle le choix d'enfermer la jeune génération dans l'ignorance d'autres façons de penser et de vivre, ainsi que de réduire le français au rang de langue à usage exclusivement interne*. Ce serait vouer la jeunesse au ghetto et à l'exclusion. Dans cette perspective "l'anglais international" ou "d'aéroport", vidé de toute connaissance des cultures des sociétés anglophones, que revendiquent certains responsables, ne serait que le complément du déni d'ouverture.

Il me semble qu'il y a lieu de dire cela aux jeunes d'abord, à leurs parents et, finalement, à tous les citoyens. A l'heure où l'Union européenne préconise que tout jeune Européen apprenne au moins deux langues étrangères, il serait paradoxal que la France décide officiellement de régresser.

Je vous joins une lettre qu'un professeur d'allemand a adressée à M. Richard Descoings où il dit tout cela mieux que moi. N'hésitez pas à la faire connaître autour de vous.

Elle me semble prouver, en tout cas, que nous devrions être nombreux à nous retrouver, responsables associatifs ou simples citoyens comme moi, pour réagir et saisir les consciences de la réalité du danger.

Ne nous endormons pas,

Lauro Capdevila
naguère IPR d'espagnol et toujours actif.

lauro.capdevila@gmail.com




Interview de M. Descoings au mensuel Le Capital de juillet 2009
« On met en cause les classes surchargées, à juste titre pour l´anglais et l´espagnol. Mais je pense qu´il faut aussi amender l´obligation d´étudier deux langues. Il faut savoir qu´elle s´explique essentiellement par la francophonie : c´est une contrepartie donnée aux autres pays pour qu´ils continuent, eux, à enseigner le français. Préserver le rayonnement de notre langue, c´est bien, mais en attendant, trop d´élèves arrivent au bac en parlant à peine l´anglais et quasiment pas l´espagnol, tout en rencontrant encore des difficultés en français. Gardons la possibilité d´étudier une seconde langue vivante pour ceux qui y parviennent, mais je propose que l´on puisse consacrer ces heures de cours au renforcement du français et de l´anglais, sur la base du volontariat. Lorsque nous avons évoqué cette idée dans les tables rondes, certains professeurs sortaient les banderoles, mais les parents  et les élèves réagissaient en général très favorablement. »

Visite du président de la République au lycée Galilée de Genevilliers le 10/06/09, voir Le Monde daté du jour suivant.
"Troisième débat, les langues vivantes. L'objectif en Europe est d'apprendre deux langues étrangères. "Si certains de vos camarades ont du mal en français, est-ce que c'est raisonnable de leur donner deux langues, alors qu'ils ne possèdent pas la leur ?, s'interroge M. Sarkozy.
Est-ce qu'on n'a pas intérêt à les concentrer sur une langue, l'anglais par exemple, et mettre les heures de la seconde langue en renforcement de français ?""

*
C'est la définition même de ce qu'on appelle un patois. Remarquons le mépris de M. Descoings pour "la francophonie", implicitement présentée comme une question diplomatique, voire surannée.



------ Fin du message transféré




.............................................


OOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOO





Courrier reçu de Aurélien Djament,  mathématicien au CNRS

Lettre adressée à INDECOSA CGT

Je tiens à vous faire part de mon étonnement à ce que notre
> organisation de consommateurs de la CGT ait relayé sans aucune
> distance l'appel à indiquer dans son répertoire de téléphone portable
> un numéro à appeler en cas d'urgence sous l'acronyme anglais ICE, "in
> case of emergency" (brève page 5 du n°125 de "IN magazine"). Sans me
> prononcer sur le principe, je regrette vivement que cette pratique
> soit transmise en France sans utiliser notre langue pour la référence
> à introduire dans le répertoire téléphonique. Le patronat a planifié
> depuis des décennies l'assassinat progressif de la langue française
> (comme de toutes les langues autres que l'anglo-américain d'ailleurs).
> Au travail, dans toutes les franges du salariat, l'emploi de notre
> langue est menacé et la connaissance de la langue de l'impérialisme
> dominant utilisée comme facteur discriminatoire de plus en plus
> courant : militants syndicaux, nous ne pouvons nous désintéresser de
> cette question. De plus, les salariés sont également agressés
> quotidiennement sur le plan linguistique en tant que consommateurs par
> l'invasion de la langue anglaise dans les publicités commerciales et
> la dénomination des biens de consommation destinés à la clientèle
> française.
> Soyons vigilants, combattons toutes les tentatives d'imposer au
> monde une langue unique, qui vont de pair avec celles d'imposer une
> pensée et une politique uniques.
>

Salut et fraternité,

Aurélien.

.............................................

" Désobéisseurs"

Des enseignants ont décidé de désobéir. Une désobéissance collective. Et ils ont ainsi inventé un nouveau mot : "Désobéisseurs".

Voir le reportage > http://www.resistance-pedagogique-loire.org/article-31352590.html

Saluons le fait que ces collègues désobéissent aussi au totalitarisme de la langue unique et CREENT un magnifique mot français nouveau, "DESOBEISSEURS".
Quand le peuple est acteur, il se réapproprie sa langue... et quand il
se réapproprie sa langue, il résiste mieux sur tous les terrains. G.G.


Les jeunes Marnais porteurs des valeurs de notre langue


Les lauréats de Perrot d'Ablancourt.

L'Amopa soutient et défend la langue française en stimulant les talents des jeunes Marnais au travers d'un concours départemental. Plus de 80 lauréats ont été récompensés au cours d'une solennelle remise de prix.

LA langue française est actuellement bien menacée par l'anglicisation et elle est malmenée au travers des moyens modernes de communication : c'est en substance le constat fait par Jean-Marie Munier, président de la section marnaise des membres de l'ordre des Palmes académiques lors de la remise des prix aux élèves ayant participé au concours « Pour la défense et l'illustration de la langue française ».
Il n'a donc pas manqué d'insister sur « le défi » que représente ce concours soutenu par l'Education nationale, le conseil général, les membres de la Légion d'honneur « tous porteurs des valeurs de notre langue » et il a souligné que le plaisir d'écrire et de lire des mots bien choisis et riches de sens restait entier.
Le thème national proposé cette année était « l'amitié » : sans doute un peu difficile à traiter pour les élèves des écoles et collèges puisque la plupart se sont exprimés sur des sujets libres. Trois écoles élémentaires et cinq collèges ont participé.
Une lauréate nationale
Parmi les noms des 84 lauréats marnais, on remarque celui de Léa Partaud, élève de 4e au Collège Jean- Moulin de Saint-Memmie : elle a

obtenu un premier accessit de composition française au classement national. La remise de prix a eu lieu dans la salle panoramique du Champagne Palmer à Reims devant enseignants, familles et élus, dont Jean-Claude Laval pour la Ville de Reims et le conseil général. L'inspectrice d'Académie et le préfet étaient représentés par l'inspecteur Christian Adnot qui a salué l'ouverture départementale de ce concours. Quelques textes significatifs ont été lus et applaudis, comme ceux rédigés par des participants en Roumanie mais aussi en Bulgarie : Ce pays envoie régulièrement des élèves dans un lycée de Châlons « grâce à une amitié vieille de 34 ans au travers de notre jumelage » a précisé la présidente châlonnaise Jacqueline Prieto. La partie musicale a été assurée par des Sparnaciens : Jean Gonnet au clavecin, Marie-Madeleine Adam au violon et Joël Petit à la viole de gambe.


Les Français devraient être fiers d'être parmi les derniers sur le chemin de la servitude volontaire

ĵaŭdo 27a de Aŭgusto 2009 je 07:52

Les Français devraient être fiers d'être parmi les derniers sur le chemin de la servitude volontaire.

Après la parution récente de "Linguistic Imperialism Continued“, un ouvrage rédigé par un ancien du British Council, le professeur Robert Phillipson, et publié chez Routledge, à Londres, il serait temps de se poser les vraies questions sur l'anglais et d'ouvrir les yeux.

Certains veulent donner des complexes d'infériorité aux Français par rapport à leur connaissance de l'anglais. L'anglais, c'est le virus A-H1 N1 linguistique particulièrement contagieux et extrêmement profitable pour ceux qui poussent à sa propagation : Voir “Le « cadeau » de Gordon Brown“ au monde“.

Il existe une ignorance infiniment plus grave que la mauvaise connaissance d'une langue, avant tout nationale et certainement pas "universelle".

Le qualificatif "universelle" ne convient vraiment pas pour une langue pour laquelle des parents coréens en viennent à faire inciser le frein de la langue de leurs enfants afin qu'ils puissent la prononcer plus facilement (“Los Angeles Times“, 31 mars 2002). Un professeur coréen, Jun-Kyu Park, utilise même le terme "linguistic surgery“ (chirurgie linguistique !). Et alors que les élèves anglais sont les derniers d'Europe à savoir lire. Et alors que la dyslexie frappe bien plus l'Angleterre (le pays où elle a été décrite pour la première fois, en 1896, par le Dr Pingle Morgan, dans le "British Medical Journal") que la France et alors qu'elle est pratiquement inconnue en Italie.

L'apprentissage et l'enseignement de l'anglais ne représentent aucun supplément d'effort pour le budget des pays anglophones. Dans les établissements d'enseignement, à tous les niveaux, des moyens humains, financiers et un temps considérables sont ainsi disponibles pour d'autres matières. Pour les deux principales puissances anglophones, l'anglais représente non seulement une économie très appréciable en temps de crise économique, mais une source de profits énormes et surtout un outil stratégique efficace, un atout majeur, pour tirer les ficelles de l'économie et de la politique à l'échelle mondiale, pour imposer un modèle social inéquitable et une culture du profit comme but principal de la vie, pour placer les autres pays dans un état de dépendance.

Pour tous les autres pays du monde, c'est-à-dire 95% de la population mondiale non-anglophone, c'est précisément l'inverse. À tous les niveaux de la société, quand des anglophones natifs disposent de leur temps libre pour des activités profitables, productives, créatives ou intéressantes, partout dans le monde, après le travail, des gens de toutes situations sociales et professions, du chef d'entreprise à l'employé, en passant par le scientifique, le député, le cadre, l'artisan, sacrifient temps et argent et se privent de loisirs ou autres activités pour apprendre les irrégularités d'une langue comportant une multitude d'incohérences.

Quand aura-t-on le courage d'évaluer et de dénoncer ce gâchis ?

Il n'est pas trop tard pour y réfléchir. Une série d'émissions du professeur Albert Jacquard, diffusées sur France Culture, peut y aider.


OOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOO


Article trouvé sur internet chez "Le Figaro"   (Envoi d'un correspondant)
  • Les lycéens anglais n'apprennent plus le français 
  • De notre correspondant à Londres, Cyrille Vanlerberghe 28/08/2009 

    Seulement 25 % des élèves britanniques étudient désormais la langue de Molière.

    Le français ne cesse de perdre du terrain dans les écoles anglaises. En un an, le nombre de collégiens britanniques ayant passé une épreuve de français pour leur GCSE (certificat général d'éducation secondaire, l'équivalent du brevet en France) a diminué de 6,5 %. En sept ans, ce chiffre a été pratiquement divisé par deux, passant de 341 000 en 2002 à seulement 188 000 l'an dernier. Cela ne représente plus qu'un élève sur 4.

    L'allemand connaît aussi une forte baisse, alors que l'espagnol reste stable - mais il était traditionnellement moins étudié. Les seules langues qui progressent régulièrement, quoique encore très minoritaires, sont le chinois, le polonais et l'arabe.

    Cette désaffection pour la langue de Molière est surtout le résultat d'une décision politique prise il y a 5 ans. En 2004, le gouvernement de Tony Blair avait retiré l'obligation d'apprendre au moins une langue étrangère à partir de 14 ans - une décision populiste qui est depuis critiquée par l'ensemble des experts en éducation. Cette politique s'est révélée dramatique, non seulement pour le français, qui reste la deuxième langue la plus apprise par les collégiens britanniques, mais pour l'étude des langues étrangères dans leur ensemble. «Ce qui se passe est le contraire de ce qui devrait être dans un monde où les frontières comptent de moins en moins», regrette Christine Blower, secrétaire générale du syndicat d'enseignants NUT.

    L'engrenage de la facilité

    C'est en fait le système du GCSE lui-même qui incite désormais les collégiens à abandonner le français et les autres langues secondaires. Car, contrairement au système français, les élèves britanniques choisissent les matières qu'ils veulent passer au GCSE. Pour augmenter leurs chances d'avoir des bonnes notes, de plus en plus retiennent des matières dites «faciles», comme la religion, l'informatique, la musique ou l'éducation physique, plutôt que des langues étrangères réputées difficiles. Plus grave, cet engrenage de la facilité n'épargne pas les établissements scolaires eux-mêmes, les écoles étant classées selon les notes obtenues par leurs élèves aux GCSE. Seules les écoles privées et les public schools qui préparent leurs élèves à entrer dans des universités réputées, comme Cambridge ou Oxford,


000000000000000000000000000000000000000000000

 

France Two fait la promotion de la colonisation anglaise et de l'anglophonisation totalitaire de la France.

Deux poids, deux mesures: on traque les travailleurs immigrés  francophones venus des anciennes colonies françaises, on prétend exiger d'eux un bon niveau en français... alors qu'on laisse les anglophones nantis imposer leur langue dans notre pays et ne même plus se donner la peine d'apprendre la
nôtre !
Comment ne pas voir la signification de classe de la politique totalitaire d'anglophonisation massive du "French Euroland" à l'initiative des "élites" hexagonales à la remorque de l'Union européenne, du MEDEF et de l'Oncle
Sam ?
Honte à France 2 qui porte si mal son nom, et qu'attendent
pour se manifester les journalistes de cette antenne qui, il y a peu,
lançaient tous azimuts des appels à la défense du service public ?

Quel service public au fait ?

Transmis par  fraterniphonie@aliceadsl.fr 

À travers ce reportage de France 2, diffusé le 5 août 2009, nous remarquons que les deux Anglais interrogés par la journaliste française, et présents en France depuis 4 ans, ne parlent pourtant pas en français. Nous noterons que pour les immigrés l'État exige cependant aujourd'hui un certain niveau en français (décret n°2008-1115 ...

Voir la vidéo :

http://www.youtube.com/watch?v=VHJJO221AUo


))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))

L’Association francophone d’amitié et de liaison demande l’organisation d’états généraux de la langue française et de la francophonie.

Depuis quelques années, Avenir de la langue française (ALF), appuyée par plusieurs autres associations de défense et de promotion du français et de la Francophonie et mouvements proches (dont le Forum pour la France), jugeait nécessaire que les Français pussent enfin amplement débattre au niveau national de ces deux questions liées, vitales pour la France, pour les pays qui ont sa langue en partage, et pour le maintien et l’affirmation de la diversité linguistique et culturelle du monde face aux tendances lourdement hégémoniques d’une langue et d’une culture étrangères.

Les colloques et séminaires que nos associations ont pu organiser, ou auxquels elles ont pu s’associer à divers titres et degrés, ces dernières années ont certes tous eu leur utilité. Mais ils ont été très insuffisamment médiatisés. Ils n’ont pu instaurer le grand débat national souhaité.

Or, l’urgence s’en est accrue récemment par la participation d’acteurs publics — notamment de plusieurs ministères — français à ce qui prend l’allure d’une offensive de grande envergure pour la bilinguisation de la France, l’abandon du rôle international — voire, à terme : national — de sa langue, et pour le dépérissement de la Francophonie organisée.

Nos associations relèvent que cette offensive se déploie au mépris des actions méritoires du secrétaire d’Etat chargé de la Coopération et de la Francophonie et — plus encore — contre les orientations apparemment très favorables données par le Président de la République dans ses discours du 9 mars 2007 à Caen lors de sa campagne électorale, puis le 20 mars lors de la journée mondiale 2008 de la Francophonie à la Cité universitaire internationale, en présence du président Abdou Diouf, secrétaire général de l’OIF.

Nos associations insistent donc avec force pour que l’Etat tranche à son niveau et organise les états généraux demandés, qui devraient permettre de mieux assurer les orientations de la France et, partant, les chances de succès de l’OIF, de la Communauté francophone, et de l’affirmation de la diversité culturelle et linguistique du monde pour laquelle la France et ses amis avaient œuvré avec un grand succès en vue de la Convention UNESCO pertinente, votée à la quasi unanimité en octobre 2005, et entrée en vigueur en mars 2007 après avoir été très largement ratifiée, malgré les manœuvres hostiles des Etats-Unis d’Amérique du Nord.

L’AFAL, Association francophone d’amitié et de liaison, présidée par Jacques Godfrain, ancien ministre et ancien député, qui regroupe 130 associations françaises, franco-étrangères et étrangères qui toutes s’affirment aussi au service de la langue française et de la coopération entre pays ayant le français en partage, s’est alors saisie de cette importante question. Lors de son assemblée générale tenue le 11 juin 2009 au Palais-Bourbon, elle a décidé à l’unanimité d’adresser au gouvernement français la demande pressante suivante :

L’AFAL constate une désaffection croissante des pouvoirs publics français, notamment de plusieurs ministères, à l’égard de l’emploi public de la langue française au bénéfice quasi exclusif de la langue anglo-américaine. L’accélération de ce processus d’aliénation la conduit à juger urgente l’instauration d’un débat national de grande ampleur sur ce sujet vital pour la France. L’assemblée générale demande donc au gouvernement français de bien vouloir organiser [1] au plus haut niveau de véritables états-généraux de la langue française et de la Francophonie.

Albert SALON
FFI-France

...................................................................................................................

Sur le site "Le Grand Soir"

L’aliénation linguistique

Le problème n'est pas de ne pas préparer les petits français à être polyglottes, c'est bien de le faire, car enseignant à l'étranger je vois bien combien les intellectuels français sont mauvais en langues vivantes étrangères sauf exceptions rarissimes... Le problème c'est que pour parler correctement une langue étrangère il faut impérativement bien connaître sa langue maternelle, et, comme le dit Georges Gastaud et Nicolas Plagne, c'est la démolition de l'enseignement, celui de notre langue, lexique et grammaire, et celui de sa bonne littérature qui sont entrepris sciemment pour fabriquer des génération de consommateurs et de presse-boutons d'ordinateurs (à ce propos je me rappelle que j'avais morigéné le professeur de français de ma fille cadette qui lui enseignait comme littérature en seconde, "le sac de billes" de Joffo et non quelques classiques nécessaires à la maîtrise de haut niveau de notre langue, ce professeur – je me refuse à féminiser les noms de fonction qui ne le sont point par tradition, donc pas de professeure, de "la juge", la "ministre" sinon il faudrait dire non pas le Garde des sceaux, mais la gardiennes des sottes! – ce professeur donc m'a répondu agressivement que j'étais antidémocratique, quasi fasciste!!! je lui ai répondu que c'est la manière dont elle enseigne qui, de fait, revient à un enseignement dévalorisé, car les enfants des riches soit vont dans des écoles privées où l'enseignement classique se poursuit sans problème de démocratie ou non, soit trouvent dans la bibliothèque de leurs parents de quoi compléter ce qui ne s'enseigne pas à l'école...). Le modèle est maintenant répandu, grâce à l'UE et pour l'enseignement supérieur grâce à Bologne dans tous les pays ex-communistes... Vous pouvez donc imaginer, l'anticommunisme de bazar ambiant aidant, la catastrophe culturelle qui se présente...  aussi suis-je obligé de menacer mes étudiants de mauvaises notes s'ils citent les Glucksman, BHL, Onfray ou d'autres semblables, leur affirmant que j'accepte des philosophes ou des anthropologues dont je partage pas les vues ou une partie des interprétations à une seule condition, d'avoir affaire à des gens sérieux et non à des histrions du cirque médiatique...
Bien cordialement à vous camarade...

Le problème n'est pas de ne pas préparer les petits français à être polyglottes, c'est bien de le faire, car enseignant à l'étranger je vois bien combien les intellectuels français sont mauvais en langues vivantes étrangères sauf exceptions rarissimes... Le problème c'est que pour parler correctement une langue étrangère il faut impérativement bien connaître sa langue maternelle, et, comme le dit Georges Gastaud et Nicolas Plagne, c'est la démolition de l'enseignement, celui de notre langue, lexique et grammaire, et celui de sa bonne littérature qui sont entrepris sciemment pour fabriquer des génération de consommateurs et de presse-boutons d'ordinateurs (à ce propos je me rappelle que j'avais morigéné le professeur de français de ma fille cadette qui lui enseignait comme littérature en seconde, "le sac de billes" de Joffo et non quelques classiques nécessaires à la maîtrise de haut niveau de notre langue, ce professeur – je me refuse à féminiser les noms de fonction qui ne le sont point par tradition, donc pas de professeure, de "la juge", la "ministre" sinon il faudrait dire non pas le Garde des sceaux, mais la gardiennes des sottes! – ce professeur donc m'a répondu agressivement que j'étais antidémocratique, quasi fasciste!!! je lui ai répondu que c'est la manière dont elle enseigne qui, de fait, revient à un enseignement dévalorisé, car les enfants des riches soit vont dans des écoles privées où l'enseignement classique se poursuit sans problème de démocratie ou non, soit trouvent dans la bibliothèque de leurs parents de quoi compléter ce qui ne s'enseigne pas à l'école...). Le modèle est maintenant répandu, grâce à l'UE et pour l'enseignement supérieur grâce à Bologne dans tous les pays ex-communistes... Vous pouvez donc imaginer, l'anticommunisme de bazar ambiant aidant, la catastrophe culturelle qui se présente...  aussi suis-je obligé de menacer mes étudiants de mauvaises notes s'ils citent les Glucksman, BHL, Onfray ou d'autres semblables, leur affirmant que j'accepte des philosophes ou des anthropologues dont je partage pas les vues ou une partie des interprétations à une seule condition, d'avoir affaire à des gens sérieux et non à des histrions du cirque médiatique...
Bien cordialement à vous camarade...

.